Château de Guiche

Le château domine le cours de la Bidouze. Il fait l’objet d’importants travaux de restauration et pour l’heure il ne peut être visité.

Le château est la propriété du duc de Gramont et fait l’objet d’un bail emphytéotique au profit du Pôle territorial du Pays de Bidache (Communauté d’agglomération Pays Basque).

Le château existe dès le XIe siècle
La présence de seigneurs à Guiche dès le XIe siècle permet d’envisager la présence d’un premier château à cette époque là. Guiche fait alors partie de la Navarre avec Pampelune pour capitale. En 1257 les Bayonnais y mettent le feu et le détruisent. Un peu plus tard, et non loin de là, est installée une nasse qui barre complètement le cours de l’Adour et constitue un véritable péage.

Le château est reconstruit dans le courant du XIVe siècle
Celui-ci reçoit la forme qu’on lui connaît aujourd’hui. Il est composé d’une enceinte rectangulaire d’environ 20m x 30m. Dans la partie est se trouve intégrée la tour, avec à sa base la porte d’entrée. Dans la partie nord-ouest de l’enceinte est incluse une tour massive servant de logis (13m x 13m). De nombreux vestiges de constructions plus anciennes, pourraient être découverts, dès lors que serait mis en place un programme de fouilles archéologiques.

Le château est le théâtre de nombreux conflits
C’est essentiellement au moyen âge que de nombreux événements marquèrent la vie du château. La bataille la plus sanglante se déroula à la mi-décembre 1449.

A partir de 1615, date où les troupes protestantes du Duc de la Force menaçaient Guiche, le château ne connut pas d’autres épisodes militaires. Au moment de la révolution il était habité seulement par un concierge.

Voir les événements qui marquèrent le XVe siècle.

La bourgade forme un ensemble dans le prolongement du château
Le premier noyau d’habitat semble avoir vu le jour au pied du château. Aujourd’hui les maisons sont groupées et le prolongent dans la partie est. La présence d’une chapelle et d’un cimetière (en ruines au début du XIXe), d’importants fossés de protection (comblés à ce jour), donnent à ce lieu l’allure d’un imposant système de contrôle des eaux de la Bidouze. C’est le schéma typique des nouvelles agglomérations nées au début du deuxième millénaire, connues sous le nom de castelnau.

1000 ans d’histoire

Du XI au XIIIe siècle | Du XIV au XVe siècle | Du XVI au XVIIIe siècle | Du XIX au XXe siècle

Articles

Bibliographie

  • BAREIGTS André, Guiche, village du Labourd, document dactylographié, 1969
  • BAREIGTS André, Le père Jean-François Darrigo (1863-1919), 1987
  • BAREIGTS André, L’abbé H. Charbonneau, prêtre gascon 1882-1944, 1982
  • GARAT SAINT-MARTIN Jean, Guiche, publié avec le concours de la Mairie de Guiche, 1994
  • MARTIN J.F. Robert, Cartulaire de l’Abbaye de Saint Jean de Sorde, éd. Atlantica, 1999
  • RAYMOND Paul, Cartulaire de l’abbaye de Saint Jean de Sorde, 1893, repris par les éditions Atlantica, 1998
  • RIBETON Olivier, Un musée Gramont à Bayonne, Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, 1986
  • RITTER Raymond, Bidache, principauté souveraine, éditions Audin (Lyon), 1958
  • RITTER Raymond, Corisande d’Andoins, éditions Albin Michel, 1959
  • RITTER Raymond, Guiche à la fin du XVe siècle, in Bulletin de la société de Borda, 1968
  • ROBERT Jean, Bidache, des travaux et des jours en Piémont Pyrénéen, éditions Jean-Pierre Gyss, 1984